Skip MétéoSkip Navigation

Matière : Approche en pragmatique                           année universitaire : 2019-2020

La théorie des actes de langage

Approches théoriques

L'interprétation des énoncés : inférence ou décodage vision Austinienne

Un travail sur la déclarative de type affirmatif

Du constatif au performatif

Le 09/03/2020

Objectif : reconnaître les types d'actes de langage et saisir l'intention communicative du locuteur en situation de communication.

La structure des énoncés performatifs :

1- la thèse constatifs vs performatifs n'a pas résisté au travail pointu auquel Austin l'a soumis. Il a notamment remarqué qu'à côté de performatifs explicites comme : - je te promets que je t'emmènerai au cinéma demain. Il y a des performatifs implicites comme : - je t'emmènerai au cinéma demain. Qui peut aussi correspondre à une promesse où le verbe promettre n'est pas explicitement employé.

Dans : - le chat est sur le paillasson.

-J'affirme que le chat est sur le paillasson. Sont deux actes de langage identiques et renferment le même force illocutoire.

-On peut donc combiner les conditions de félicité et de vérité dans le même énoncé.

2-On peut ainsi distinguer trois types d'actes de langage :

-Les actes locutionnaires : ce sont les actes que l'on accomplit dès lors que l'on dit quelque chose et indépendamment du sens que l'on communique.

-Les actes illocutionnaires : ce sont les actes que l'on accomplit en disant quelque chose à cause de la signification de ce que l'on dit.

-Les actes perlocutionnaires : ce sont les actes que l'on accomplit par le fait d'avoir dit quelque chose et qui relève des conséquences de ce que l'on a dit.

-L'explication des trois actes dans l'exemple (2).

Je te promets que je t'emmènerai au cinéma demain.

a-Il est locutionnaire dans le cas où le destinataire est absent.

b-Il est illocutionnaire par la formulation d'une promesse produite à l'égard d'un destinataire susceptible de comprendre la signification de (2) et cet acte ne sera heureux que si les conditions de félicité qui lui sont attachées sont remplies.

c-Il est perlocutionnaire uniquement si la compréhension de (2) par le destinataire a pour conséquence un changement dans ses croyances. Il reconnaîtra que l'énonciateur a une certaine bienveillance à son égard.

3-La taxinomie des actes illocutionnaires selon Austin :

Austin admet que toute énonciation d'une phrase grammaticale complète dans des conditions normales correspond de ce fait à l'accomplissement d'un acte illocutionnaire.

On y distingue cinq grandes classes d'actes illocutionnaires :

-Les verdictifs : ou actes juridiques (acquitter, condamner, décréter, etc.)

-Les execitifs : (dégrader, commander, ordonner, pardonner, léguer, etc.)

-Les promessifs : (promettre, faire vœu de, garantir, parier, jurer de, etc.)

-Les comparatifs : (s'excuser, remercier, déplorer, critiquer, etc.)

-Les expositifs : (affirmer, nier, postuler, remarquer, etc.)

La mort d'Austin l'a empêché de poursuivre ses travaux sur les actes de langage. Sa théorie a été développée par John Searle.

                  Le principe d'exprimabilité de Searle : le vouloir dire de la chose (l'intention de vouloir dire quelque chose).

Les deux concepts sur lesquels s'appuie ce principe, c'est l'intention et la convention.

Le travail fait par Searle est centre sur le concept d'intention partagée entre les deux interlocuteurs lorsqu'ils veulent transmettre un ou des énoncés.

Le principe repose sur l'équation suivante :

-Pour toute signification X, et pour tout locuteur L, veut signifier (à l'intention de transmettre, désire communiquer, etc.) X, alors il est possible qu'existe une expression E, telle que E soit l'expression exacte ou la formulation exacte de X.

Activités : 1)- Quel verbe peut-on formuler dans une situation de communication si on veut blâmer quelqu'un pour ses bêtises ?

Reconnaissons que le verbe que vous choisissez dans la liste ci-dessous représente ou équivaut à X que le locuteur veut formuler.

Locuteur    (encode)                                                            allocutaire (décode)

L1                                        blâmer quelqu'un                                  L2

                            Le code (emploi de verbe précis), il est envisagé comme E

   Le référent (repose sur l'exactitude de la charge sémantique du verbe utilisé), c'est la signification X

La liste des verbes pour faire un choix de verbes récompensant l'intention communicative :

Avertir, censurer, chapitrer, corriger, critiquer, désapprouver, disputer, engueuler, gronder, injurier, moraliser, offenser, prévenir, quereller, réprimander, savonner,

-Placez le verbe que vous choisissez dans un énoncé sur la base de l'intention communicative qui vous anime. On imagine le contexte dans lequel le verbe a été utilisé.